NOS VALEURS
5 juin 2014

“Good Logistics alone can’t win a war. Bad logistics alone can lose it.”*



Good Logistics alone can’t win a war. Bad logistics alone can lose it.

En ce jour de commémoration du D-Day, GT Logistics ne pouvait passer sous silence son admiration pour ce qui reste comme l’une des plus grandes opérations logistiques jamais réalisées : Overlord.

 

La logistique a été la clé de tous les conflits depuis l’existence de la guerre moderne. La seconde guerre mondiale a été le théâtre de la plus grande opération logistique jamais réalisée. À lui seul, le débarquement correspond à des millions de tonnes de matériel, des milliers de bateaux, des centaines de milliers d’hommes. Pour mener à bien cette opération logistique d’envergure, les planificateurs mirent en place des points de ravitaillement, une organisation opérationnelle de réapprovisionnement imposant des dépôts arrière, des transports vers des dépôts avant puis des mouvements vers les unités de combat.


La plus grande opération logistique de tous les temps

Un des principaux défis des Alliés était de pouvoir acheminer sans discontinuer pendant des jours et des semaines, des dizaines de milliers d’hommes, des armements lourds, munitions, matériels, carburant, nourriture … .
Dans les jours qui suivirent le débarquement, sur Omaha et Utah Beaches, étaient débarqués chaque jour 56 200t de matériel, 20 000 véhicules et 180 000 militaires.
Avant de pouvoir disposer d’un port en eau profonde (Cherbourg ne sera pris que 3 semaines plus tard et nécessitera d’importants travaux de déblaiement), les Alliés vont mettre en place des ports artificiels, les ports Mulberry à Arromanches et à Saint-Laurent-sur-Mer.


Carburant

Pendant les 10 premiers jours, les Alliés faisaient échouer sur les plages les véhicules remplis de jerrycans d’essence. En parallèle, deux point d’ancrage pour pétroliers étaient installés et reliés à la côte par des tuyaux souples. Un terminal pétrolier sommaire était installé le long des jetées de Port-en-Bessin.


L’opération PLUTO (Pipe-Lines Under the Ocean)

Il s’agissait de dérouler entre l’île de Wight et Querqueville, soit une centaine de kilomètres, 10 tuyaux souples sous la mer, ce qui n’avait encore jamais été fait dans l’histoire. La mise en place fut plus tardive que prévu et la mise en fonction de PLUTO ne fut effective qu’au début du mois d’août.

Le fonctionnement de PLUTO se révéla insuffisant, chaque tuyau ne fournissant pas les 300t par jour initialement prévus, obligeant les Alliés à maintenir les systèmes d’approvisionnement dit mineurs. Par la suite, avec l’avancée des Américains, PLUTO fut prolongé par un oléoduc terrestre jusqu’à Avranches. Au mois d’août, il sera dirigé vers la Seine et Paris.


*Brehon B. Somervell : Commanding General Army Services forces, 1942